Home » Hyisille vesille (Maalari ja merirosvo, #2) by Christophe Blain
Hyisille vesille (Maalari ja merirosvo, #2) Christophe Blain

Hyisille vesille (Maalari ja merirosvo, #2)

Christophe Blain

Published
ISBN :
Enter the sum

 About the Book 

Lair hagard, le visage figé par la glace, des marins embarqués à bord dun navire pirate dressent leur regard vers le ciel. Un incroyable spectacle soffre à eux: une aurore boréale. La stupeur le dispute à la fascination. Si loin de chez eux,MoreLair hagard, le visage figé par la glace, des marins embarqués à bord dun navire pirate dressent leur regard vers le ciel. Un incroyable spectacle soffre à eux : une aurore boréale. La stupeur le dispute à la fascination. Si loin de chez eux, cernés par des icebergs menaçants, ils ne savent ce que leur réserve le destin. Ils ont beau être de fiers flibustiers, ils nen sont pas moins des hommes de leur temps, en proie à langoisse de la mort et aux mystères dune nature souvent hostile... À bord du navire, le peintre Isaac Sofer continue son périple aux côtés du fier pirate Jean Mainbasse. Celui-ci est toujours décidé à découvrir les terres inconnues situées au sud du sud. Il a besoin dun chroniqueur, et Isaac est chargé de tenir ce rôle avec son crayon et du papier. Mais le voyage est long, la fiancée dIsaac est restée à Paris, la nourriture est infecte et les îles gelées recèlent détranges créatures... Avec ce second volet de la saga dIsaac Sofer, modeste peintre parti à la rencontre de son destin, Christophe Blain confirme avec maestria tout son talent de dessinateur, de scénariste et de dialoguiste. Il renouvelle avec bonheur le récit de pirates et daventures. Ici, on est bien loin de Barbe-Rouge et des canons du genre. Pas de combats épiques, de héros inoxydables ni de rebondissements feuilletonnesques. Le héros sinterroge sur son devenir, parle de philosophie avec les marins du bord et se demande sil est taillé pour ce genre de périple, lui qui naspirait quà rester dans son atelier pour travailler sa peinture. Surtout, le trait de Blain est un ravissement permanent. Il possède un authentique coup de crayon, nerveux, hachuré, diablement vivant. Chez lui, les maisons, les rues, les visages ou les objets sont tordus, bancals, incertains, comme ils le sont dans le quotidien. Loin de ces graphismes qui se veulent réalistes alors quils nont à offrir quune pâle imitation de la vraie vie. Et puis, laventure dIsaac na rien dune geste excessivement héroïque : le personnage trimballe ce quil faut de doute et dinquiétude pour convaincre le lecteur. Et les couleurs, enfin, ravissent lœil. Traitées en aplats, tour à tour vives ou nuancées, leurs dominantes de brun, de bleu et de vert sont pour beaucoup dans la fascination visuelle exercée par cet album. Attention : une série majeure est en train de sélaborer sous nos yeux... --Philippe Actère